La biologie

Les populations mondiales de faune ont diminué de 68% depuis 1970, selon le WWF

Les populations mondiales de faune ont diminué de 68% depuis 1970, selon le WWF


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Au milieu de la pandémie COVID-19, il y a eu des cas où la nature s'est guérie et les animaux sont revenus pour récupérer ce qui avait été pris par les humains. Cependant, un nouveau rapport du Living Planet Report du Fonds mondial pour la nature (WWF) a montré que de tels événements ne suffisent pas à réparer les dégâts des 50 dernières années.

Une analyse approfondie des populations d'espèces dans le monde a révélé un déclin moyen de 68% du nombre d'espèces sauvages entre 1970 et 2016.

VOIR AUSSI: 29 DES TRAVERSÉES SAUVAGES LES PLUS CHAUFFANTES DU MONDE

Le Rapport Planète Vivante du WWF est publié tous les deux ans pour suivre et examiner la biodiversité mondiale grâce à l'Indice Planète Vivante. La métrique dont il tire ses conclusions est fournie par la Zoological Society of London et plus de 4 000 autres sources.

Les populations mondiales de mammifères, d'oiseaux, d'amphibiens, de reptiles et de poissons ont subi un déclin moyen des deux tiers depuis 1970. Le commerce des espèces sauvages, la perte et la dégradation des habitats naturels, la déforestation et l'agriculture non durable sont les principaux moteurs de ce déclin spectaculaire. .

En raison de la chasse illégale, le gorille des plaines de l'est de la République démocratique du Congo a connu une baisse estimée de 87% de sa population entre 1994 et 2015. Le plus touché, peut-être, était l'esturgeon chinois dans le fleuve Yangtze, qui est désormais habitable car du barrage des voies navigables et provoquant une baisse de 97% entre 1982 et 2015.

Marco Lambertini, directeur général du WWF, a qualifié les résultats de "catastrophiques". Ces déclins des populations d'espèces sauvages sont «un indicateur que la nature se défait et que notre planète clignote en rouge des signes avant-coureurs d'une défaillance des systèmes».

Lambertini a également ajouté: << Au milieu d'une pandémie mondiale, il est maintenant plus important que jamais de prendre une action mondiale sans précédent et coordonnée pour arrêter et commencer à inverser la perte de biodiversité et de populations d'animaux sauvages à travers le monde d'ici la fin de la décennie et protéger notre santé et nos moyens de subsistance futurs. Notre propre survie en dépend de plus en plus. "

Vous pouvez lire l'intégralité du Rapport Planète Vivante 2020 ici.


Voir la vidéo: La croissance démographique et ses effets (Juin 2022).


Commentaires:

  1. Abdul-Alim

    Je m'excuse, mais à mon avis, vous vous trompez. Écrivez-moi dans PM.

  2. Kekinos

    Absolutely, the response :)

  3. Hewlett

    Ce n'est que conditionnel, rien de plus

  4. Beldane

    Bravo, quel excellent message

  5. Arakora

    I congratulate, what an excellent answer.



Écrire un message